Faire le mur aux Arts Décoratifs !

arts décoratifs, faire le mur, expo

Jusqu'au 12 juin 2016

 

Jusqu’au 12 juin prochain, l’exposition Faire le mur aux Arts décoratifs retracera l’histoire du papier peint du XVIIe siècle jusqu’à nos jours en présentant près de 300 pièces.  

 

 

Par Alexis Pierçon-Gnezda

faire le mur, les arts décoratifs, exposition

L’expression « faire le mur » renvoie communément à la construction d’un bâtiment mais aussi à l’ornementation d’une paroi. Par là même elle ne peut que mettre en évidence l’importance du papier peint. Le musée des Arts décoratifs a ainsi décidé avec cette nouvelle exposition de présenter 300 pièces, du XVIIe siècle à nos jours, d’une importante collection riche de 400000 œuvres.

 

Le papier peint est peut-être le parent pauvre des beaux-arts, rarement considéré comme une forme artistique à part entière. L’exposition permet ainsi de réviser ce jugement en lui rendant toute sa dignité. Des productions de toutes origines et de toutes périodes sont exposées pour saisir justement des styles et des savoir-faire différents. Il s’agit par cette juxtaposition de pièces anciennes et contemporaines de saisir la permanence de certains motifs, leur répétition depuis quatre siècles mais aussi les nombreuses lignes de fracture qui constituent une véritable histoire du papier peint. C’est une richesse artistique qui apparaît alors, pour comprendre à quel point les différentes formes de papier peint n’ont cessé depuis le XVIIe siècle d’être le réceptacle des goûts et tendances d’une époque. Le papier peint possède en tout cas cette force indéniable de transformer la perception de l’espace en créant des univers inédits et en suscitant des sensations toujours nouvelles.

 

Plusieurs thématiques sont abordées dans l’exposition pour explorer tous les aspects du papier peint. S’il n’est au départ que simple ornementation d’une paroi, il se transforme rapidement en une véritable invitation au voyage, à l’évasion. Appel à la liberté incontestablement pour repousser toujours davantage les murs et donc les limites d’une simple pièce. C’est surtout à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle que la nature va se retrouver exaltée. Nous sommes en pleine période du romantisme, le public cultivé est alors friand d’exotisme. Cet héritage perdurera longtemps encore comme en témoigne Le Brésil en 1863 imprimé par la manufacture de Jules Desfossé. La forêt brésilienne est représentée dans toute sa luxuriance, le papier peint se transforme en une véritable volière avec le motif incontournable des papillons. Dès le début du XXe siècle néanmoins, contre la simple imitation de la nature, les avant-gardes en appelleront bien plutôt à l’imagination et à la stylisation. Ce n’était plus tant l’extérieur que le papier peint devait faire entrevoir mais suggérer des environnements complètement autres.

 

C’est aussi à la fin du XVIIIe siècle qu’apparaissent les premiers trompe-l’œil. La manufacture Jacquemart et Bénart conçoit alors des papiers peints hyper réalistes qui mettent en scène des éléments architecturaux divers comme des colonnes, des frises ou encore des entablements. Les plafonds pouvaient être aussi recouverts de papiers peints figurant les caissons de l’architecture romaine. Le trompe-l’œil reste encore très présent de nos jours comme on peut le voir avec l’œuvre Procurratie e Scimmie imprimée par Cole et Son, représentant des arcades qui rappellent celles du Colisée de Rome, animées par de petits singes en mouvement ou immobiles.L’exposition permettra ainsi une appréhension esthétique renouvelée du papier peint en en présentant les nombreuses potentialités. A découvrir !

 

Commissariat de l’exposition : Véronique de La Hougue (Conservatrice en chef au département des papiers peints).

 

Scénographie : Philippe Renaud

Pratique :

 

Lieu : Musée des Arts décoratifs – 107, rue de Rivoli – 75001 Paris.

Tél. 01.44.55.57.50

Métro : Ligne 1 (arrêts Palais-Royal ou Tuileries) – Ligne 7 (arrêt Palais-Royal) – Ligne 15 (arrêt Pyramides).

Bus : Lignes 21, 27, 39, 48, 68, 69, 72, 81 et 95.

Horaires : Du mardi au dimanche de 11h à 18h – Nocturne le jeudi jusqu’à 21h.

Tarifs : 11€ plein / 8,50€ réduit.

 

Jusqu’au 12 juin 2016.

 

+ d'infos ici

Écrire commentaire

Commentaires : 0