Clap de fin, la Pinacothèque ferme ses portes le 15 février

pinacothèque, fermeture

 

 Après un redressement judiciaire en novembre 2015, la Pinacothèque fermera finalement ses portes à partir du 15 février.

 

Par Jocelyn Languille


pinacothèque, fermeture

Cela faisait quelques mois que la Pinacothèque était sur la sellette : une fréquentation en baisse accentuée par les attentats de novembre, des accrochages critiqués au regard de campagnes parfois bien au dessus des attentes et des comptes plombés par des coûts de location exorbitants. Placée en redressement judiciaire début novembre 2015, la fermeture de la Pinacothèque était devenue inéluctable.

Avec près de 25% de visiteurs en moins depuis l'ouverture du musée en juin 2007 la situation n'était plus tenable compte tenu des 300 000 euros de loyers mensuels.

 

"Que ce soit abrupt est peut-être inhérent à mon caractère, mais on y pensait depuis un moment, on attendait, on attendait, et il faut savoir dire stop"

 

Finalement, le président de l'établissement Marc Restrellini a décidé d'abréger l'hémorragie en mettant un terme à l'activité du musée. Ce dernier déclarait : "Que ce soit abrupt est peut-être inhérent à mon caractère, mais on y pensait depuis un moment, on attendait, on attendait, et il faut savoir dire stop".

L'exposition de photographies consacrée à Karl Lagerfeld qui devait se terminer le 30 mars sera donc écourtée. Si une douzaine d'employés conserveront leurs postes dans les bureaux de la Madeleine, l'avenir du personnel d'accueil est de fait compromis. Néanmoins, l'ouverture de deux nouveaux sites est à l'étude en prévision d'une réouverture dans 3 à 4 ans. Sites qui seraient  consacrés à l'art contemporain et la sculpture. Les collections permanentes de la Pinacothèque, issues de collections privées devraient être réparties sur ces nouveaux sites et la Pinacothèque de Singapour qui a ouvert en mai dernier.

Écrire commentaire

Commentaires : 0