Kiki de Montparnasse

lucernaire logo

 Jusqu'au 27 mars 2016

 

Jusqu’au 27 mars prochain, Reinhardt Wagner et Jean-Jacques Beneix nous proposent de découvrir en musique le fabuleux destin de Kiki de Montparnasse, au Lucernaire.  

 

Par Alexis Pierçon-Gnezda


kiki, montparnasse, jean-jacques beneix, reinhardt wagner, frank thomas, affiche, lucernaire,

Une figure comme il n’en existe plus aujourd’hui. Kiki de Montparnasse, c’est un peu l’incarnation d’un personnage de roman d’éducation qui est devenue, en quelques années seulement, l’égérie parisienne des années 20. Née Alice Prin en 1901 dans une famille très pauvre, enfant illégitime, elle accumule les petits boulots pour survivre et montre déjà un fort tempérament. En 1918, elle est recueillie par Chaïm Soutine, l’un des principaux peintres de l’Ecole de Paris. C’est le départ d’une folle aventure pour la jeune femme qui se lie avec tous les artistes de l’époque, de Modigliani à Picabia en passant par Aragon. Elle s’établit alors à Montparnasse d’où elle ne partira plus. Proclamée rapidement « reine de Montparnasse », Man Ray son amant l’immortalise dans sa célèbre photographie Le Violon d’Ingres en 1924, où on la retrouve nue, de dos, arborant les ouïes d’un violon. Sa fameuse coupe au bol, ses yeux soulignés de khôl et ses lèvres recouvertes de rouge vif contribuent à installer son personnage atypique qui chante et danse dans tous les cabarets. Bien avant les mouvements féministes des années 1950, Kiki de Montparnasse devient une figure libérée, multipliant les aventures et outrepassant les interdits imposés aux femmes en ce début de siècle.

 

Kiki est donc à l’honneur à Paris cette année. Pas moins de trois spectacles lui sont consacrés. Au Guichet Montparnasse en novembre dernier, mais également au théâtre de la Huchette et au Lucernaire jusqu’en mars. Mais le Lucernaire a gagné définitivement nos faveurs ! C’est le compositeur Reinhardt Wagner qui est à l’origine de ce projet et qui a convaincu le réalisateur Jean-Jacques Beneix d’en assurer la mise en scène à partir des Souvenirs retrouvés de Kiki de Montparnasse. Avec un décor typique des années folles, Beneix réussit incontestablement à en recréer l’atmosphère si particulière. On est tout de suite plongés dans un atelier d’artiste, intimiste, où s’entassent des miroirs, des palettes et autres meubles, le tout dans un joyeux fouillis. Pendant un peu plus d’une heure, le spectacle retrace de manière chronologique le destin de Kiki avec ses rencontres, ses amours, les moments importants de sa vie avec pour chaque tableau une chanson. Dans le rôle de Kiki, on retrouve la jeune comédienne Héloïse Wagner, débordante de réalité, qui danse et chante elle aussi ! Une interprétation pour le moins réussie, qui évoque à merveille le tempérament libéré de l’héroïne mais également ses nombreuses failles et faiblesses.

 

C’est un spectacle absolument poétique, à voir absolument, et on sort nostalgique d’une époque que l’on regrette de ne pas avoir connue !

 

Musique : Reinhardt Wagner

Chansons : Frank Thomas

Mise en scène : Jean-Jacques Beneix 

 

théâtre du Châtelet

Réservez avec notre partenaire :

Pratique :

 

Lieu : Théâtre Lucernaire – 53, rue Notre Dame des Champs – 75006 Paris.

Tél. : 01.45.44.57.34

Métro : Ligne 4 arrêt Vavin – Ligne 6 arrêt Edgar Quinet – Ligne 12 arrêt Notre Dame des Champs.

Bus : Lignes 58, 68, 82, 91, 94, 96.

Horaires : Du mardi au samedi à 21H et le dimanche à 19H.

Tarifs : 26€ plein / 11-16€ réduit.

 

+ d'infos ici

 

Jusqu’au 27 mars 2016.    


Écrire commentaire

Commentaires : 0