Le XXème siècle de Gérard Fromanger

 Jusqu'au 16 mai 2016

 

À partir du 18 février prochain, le Centre Pompidou consacrera une grande rétrospective au travail de Gérard Fromanger, figure emblématique de la Nouvelle figuration dans les années 1960.    

 

Par Alexis Pierçon-Gnezda


gérard fromanger
Gérard Fromanger © Centre Pompidou

Dans un entretien récent avec Michel Gauthier, conservateur du Musée d’art moderne et commissaire de l’exposition, Gérard Fromanger expliquait l’importance cruciale dans son œuvre des événements de mai 1968 : « Comment traduire en bonheurs de peinture les bonheurs d’une grande fête collective comme Mai 68, sinon par un langage-couleur capable de donner à l’image une fraîcheur, une nouveauté, un enchantement ? Mai 68 confirme, enrichit et stimule la nécessité de mon code couleur. Quand Mai 68 clamait « l’énergie, c’est nous », j’y trouvais une force pour peindre l’énergie du monde. » La couleur est en effet prédominante dans l’œuvre de Gérard Fromanger. Des couleurs vives, parfois brutales, pour dire et traduire un mouvement du monde perpétuel, mais également la joie et l’espoir que beaucoup ont éprouvés durant ces quelques années à voir s’installer dans la société un « joyeux désordre ».

 

De fait, sa passion picturale reste indissociable d’un souci politique prégnant. En quittant dans les années 1960 l’abstraction que pratiquaient ses aînés pour la Nouvelle figuration, l’artiste voulait incarner une peinture politique, enfin consciente d’elle-même et surtout de ses potentialités analytiques et critiques. En témoigne notamment le motif récurrent du passant dans la plupart de ses œuvres. Partout, on retrouve des passants. C’est un pas vif, empressé et alerte, que saisit l’artiste, comme le symbole de notre (post)modernité. Le passant, simple anonyme, constitue dès lors le reflet d’un nouveau mode de vie dont l’urgence et le zèle sont constitutifs… le reflet de nous-mêmes ! C’est d’ailleurs un décor photoréaliste que l’on retrouve invariablement comme pour créer ou recréer une brutale froideur, celle des images d’actualité.

 

L’amitié et le compagnonnage avec des figures majeures de l’époque comme Michel Foucault et Gilles Deleuze entre autres fut un véritable moteur dans le travail de Fromanger. C’est ainsi qu’il tourna plusieurs « films-tracts » avec Jean-Luc Godard et qu’il participa à la fondation de l’Atelier des Beaux-Arts, en 1968, destiné à produire des milliers d’affiches militantes. Gérard Fromanger, au fil des années, est devenu l’historien de son propre temps, pour en saisir toute la singularité ; un historien qui a su aussi faire advenir de l’histoire et dont le travail constitue aujourd’hui un précieux témoignage.

 

L’exposition au Centre Pompidou présentera une cinquantaine d’œuvres, réalisées entre 1964 et 2015, pour découvrir une histoire colorée du XXe siècle.

gérard fromanger, exposition, centre pompidou
En Chine, à Hu-Xian - août 1974 - Gérard Fromanger

Pratique :

 

Lieu : Centre Georges Pompidou –  Galerie de photographies Forum -1 – Place Georges-Pompidou – 75004 Paris.

Tél. : 01.44.78.12.33

Métro : Ligne 1 – Arrêt Hôtel-de-Ville / Ligne 11 – Arrêt Rambuteau.

RER : Lignes A, B et D  - Arrêts Châtelet-Les Halles. 

Bus : Lignes 29, 38, 47 et 75.

Vélib’ : Station n°4020, face 27, rue Quincampoix – Station n°3014, face 34, rue Grenier Saint-Lazare – Station n°3010, 46, rue Beaubourg.

Parking : 31, rue Beaubourg.

Horaires : Tous les jours sauf le mardi de 11h à 21h – Nocturne le jeudi jusqu'à 23h.

Tarifs entrée : 14€ plein / 11€ réduit. 

 

Plus d'infos ici

 

Du 17 février au 16 mai 2016

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0