FIAC 2015 : Grand Palais - Hors les murs & Officielle

Du 22 au 25 octobre 2015

 

L'art contemporain investit Paris dès le 22 octobre 2015 du Grand Palais à la Cité de la Mode et du Design (Officielle), mais aussi à la Maison de la radio ou encore au centre commercial Beaugrenelle (100% certified). Pendant 4 jours comme chaque année depuis 1974, la capitale se transforme en une vaste scène dédiée à l'art et aux performances.


Par Jocelyn Languille


Roe Ethridge - Stef with Life Saver Earrings, 2012
Roe Ethridge - Stef with Life Saver Earrings, 2012

La FIAC est de retour à Paris dès le 22 octobre. Cette année, on regrettera peut-être le recul du nombre de galeries françaises qui ne représenteront que le quart des exposants. Un choix qui fait polémique, beaucoup d'artistes très attendus se retrouvant sur le carreau. Car la FIAC c'est un peu la consécration pour un artiste ou une galerie. Un passage presque obligé. La directrice artistique de la FIAC, Jennifer Flag invoque un manque de place pour justifier ces choix : « Le Grand Palais, un de nos atouts, n’est pas un espace extensible(...) Il y a toujours plus de candidatures que de places disponibles, et il y a par ailleurs une gamme chronologique et historique à respecter ».

 

La FIAC n'en reste pas moins un des rendez-vous majeur de l'année. 23 nationalités seront représentées. La "crème" au Grand Palais (173 galeries) et les révélations pour "Officielle" (69 galeries) qui se tient à la Cité de la Mode et du Design, quai d'Austerlitz. Le "Hors les murs" prend un peu plus d'ampleur encore avec des oeuvres et performances disséminées sur une dizaine de sites comme le Jardin de Plantes, le Museum d'histoire naturelle, les Tuileries, la Place Vendôme, le Petit Palais, le musée Eugène Delacroix et même la maison de la radio.

Le cristal mis à l'honneur au Grand Palais


Pour la 15e édition de la FIAC de Paris, la maison Swarovski a commandé à l'artiste américaine Wu Tsang une création monumentale en cristal – Pay no attention to the man behind

the curtain (Ne faites pas attention à l’homme derrière le rideau) – que l'on pourra retrouver pendant toute la durée de l'événement sur le Balcon d'Honneur du Grand Palais.


En savoir plus ici

"Hors les murs"

Ai Weiwei
Ai Weiwei

Les Tuileries

18 artistes sont exposés au jardin des Tuileries. Vous pourrez y découvrir les oeuvres de la canadienne Angela Bulloch qui évoquent les années 60 avec des totems psychédéliques faits d'empilements de losanges colorés. Les bronzes de Ai Weiwei ne passent pas inaperçus. Ces 12 têtes d'animaux symbolisent les signes du Zodiac chinois. Parmi ces oeuvres, une des plus monumentale est celle de Kengo Kuma qui a réalisé une imposante structure en bois. Les portes jardinières réalisés par le parisien Adrien Missika qui s'inspirent des réalisations d'un des maîtres en architecture paysagère: Roberto Burle Marx, valent le coup d'oeil.

Parcours sonore à la Maison de la Radio


Cette année, la richesse des créations sonores de Radio France sont au service de la FIAC avec un parcours inédit d'oeuvres sonores imaginé par la commissaire Anne-Laure Chamboisier dans les différents espaces de la Maison de la radio.


+ d'infos ici

José Maria Sicilia au Musée Eugène Delacroix


Pour la première fois également, le musée Eugène Delacroix s'ouvre à la FIAC et sert d'écrin aux oeuvres de José Maria Sicilia dont les oiseaux de céramiques, incandescents, parsèment le jardin du musée, nous interrogeant sur la nature et la vie... entre Eros et Thanatos.


Musée Eugène Delacroix

6, rue de Furstenberg

75006 PARIS.

Vincent Mauger
Vincent Mauger

Le jardin des plantes

 

La FIAC s'étend et se prolonge. 19 artistes sont exposés au Jardin des Plantes. Au hasard, vous pourrez notamment vous trouver nez à nez avec la météorite du nantais Vincent Mauger. Faite de tubes en PVC, elle nous évoque une ruche et nous invite à s'approcher prudemment ! L’oeuvre de Kader Attia interroge les différents concepts concernant la relation à la nature dans les cultures africaine et occidentale (mimétisme contre domination). Janet Laurence propose grâce à ses installations -réalisées avec l'aide du Museum d'histoire naturelle-, de nous sensibiliser à la préservation du monde marin, en imaginant la possibilité de le guérir des conséquences du réchauffement climatique (projet soutenu par l'ONU pour la cop21).

Wang Du, "Enter !"
Wang Du, "Enter !"

L'art s'invite aussi au centre commercial Beaugrenelle "100% Certified"

 

A l'occasion de la FIAC 2015, le grand magasin accueille du 22 octobre au 14 novembre un ensemble d'œuvres d’art contemporain issues  d'importantes collections particulières françaises. 

Conçu avec le commissaire d’exposition David Rosenberg, un parcours d'une quinzaine d'installations majeures permet de découvrir le travail d'artistes contemporains de renommée internationale parmi lesquels Loris Gréaud, Kaws, Wang Du, Shen Yuan ou encore le collectif MadeIn.

Véritable dialogue entre les scènes artistiques asiatique et occidentale, ce projet artistique a été pensé pour jouer audacieusement des spécificités de l’architecture de Beaugrenelle Paris et favoriser une forte interactivité avec les visiteurs.


Centre Commercial Beaugrenelle

12 rue Linois

75015 Paris

Dan Graham
Dan Graham

Place Vendôme

 

La place Vendôme accueille deux oeuvres de Dan Graham : des "sculptures/pavillon" intitulée Two Nodes" et "Passage intime". Ces deux réalisations de verre semi-réfléchissant et d'acier inoxydable se veulent ludiques en confrontant le reflet du spectateur à celui des autres mais aussi des éléments extérieurs : «Une des premières influences pour mes «sculptures/ pavillons» a été l’observation du mobilier urbain comme les arrêts de bus vitrés ou les cabines téléphoniques. J’ai essayé de combiner ces formes urbaines et l’architecture temporaire du Pavillon de Barcelone de Mies van der Rohe. Les passages couverts parisiens du milieu du 19ème siècle ont aussi largement influencé ces oeuvres de jeunesse».

Liz Glynn
Liz Glynn

Petit Palais

 

La FIAC s’associe cette année au Petit Palais pour présenter un ensemble d’oeuvres extérieures.

Art ancien et créations contemporaines dialoguent sur le parvis et dans le jardin du Musée. Y sont exposées les sculptures de Liz Glynn et la performance exceptionnelle de Rashid Johnson, réinvention de Sweet Wall d’Allan Kaprow.

Rencontres et tables rondes

 

Toujours en marge de la FIAC, en collaboration avec l'École nationale supérieure des beaux arts de Paris et la maison de la poésie, des rencontres et des discussions auront lieu autour de la poésie et des sciences sociales: "Voices of urgency" part du postulat que la poésie est appelée à jouer un rôle fondamental au sein de notre société aussi bien pour son avenir que dans les changements actuel du monde contemporain.

Des tables rondes auront également lieu avec la collaboration du Musem d'histoire naturelle et l'association COAL (Coalition pour l'art et le développement durable). Un dialogue entre un artiste, un scientifique du Museum et un penseur autour des interactions entre l’art, la science et l’engagement.

 

À l'École nationale des Beaux-Arts

Chapelle des Petits-Augustins

14, rue Bonaparte

75 006 PARIS.

 

Performances :

 

Depuis 2008, la FIAC et le musée du Louvre collaborent à la conception du cycle de performances Ouvertures/Openings. Ce programme confronte les pratiques vivantes d’aujourd’hui avec les gestes pionniers qui, depuis les années 60, ont traversé les frontières de la danse, du théâtre, de la musique et des arts visuels.

La chorégraphe et cinéaste Yvonne Rainer, dont l’oeuvre a joué un rôle majeur dans la rencontre entre danse et Minimalisme, en est l’invitée d’honneur. A l’auditorium du Louvre, elle revient sur son parcours et présente sa dernière pièce pour sept danseurs, The Concept of Dust, or How do you look when there’s nothing left to move?, une création qui interroge la condition impermanente du geste dansé au regard de l’histoire de l’art et des formes de la culture visuelle. Dans les salles du musée, Volmir Cordeiro, Jérôme Bel et Claudia Triozzi ont conçu des propositions in situ, ouvrant des perspectives multiples sur les temporalités qui se mêlent dans les collections, les espaces du musée et la présence des visiteurs.

Enfin, l’oeuvre vidéo de La Ribot convie l’exploration radicale d’un « corpsopérateur » et de ses possibles sur le plan d’une extension de la pensée visuelle. Ces conversations chorégraphiques à trois voix entre mouvement, images et imaginaires invitent à reposer, au coeur du « musée universel » conçu au Siècle des Lumières, les questions que La Ribot résume de manière incisive : « que voit-on, comment voit-on, et à quel rythme ? ».

 

Projections :

 

Le Cinéphémère est de retour aux Tuileries. Avec la collaboration du commissaire associé Daniel Kurjakovic, une trentaine de films d'une durée de 30 minutes y sont projetés chaque jour.

 

La FIAC c'est jusqu'au 25 octobre 2015.

 

+ d'infos ici

Écrire commentaire

Commentaires : 0