Les maîtres de la sculpture de Côte-d'Ivoire

jusqu'au 26 juillet


Le musée du quai Branly met à l'honneur jusqu'au 26 juillet prochain les sculptures sur bois d'Afrique de l'Ouest et plus particulièrement de Côte-d'Ivoire. 200 pièces produites par une quarantaine d'artistes du 19e siècle jusqu'à aujourd'hui. Parismydream.fr est allé, pour vous, visiter cette exposition passionnante qui permet de découvrir cet art à part entière et le contexte social et religieux dans lequel il s'est développé.


Par Alexis Pierçon-Gnezda

Il faut d'abord le noter. À travers cette exposition, le musée du Quai Branly poursuit l'une de ses missions premières, et avec succès : nous permettre de nous déprendre de nos catégories de perception volontiers ethnocentristes et européocentristes. Trop souvent, les arts africains, et notamment les sculptures, ont été considérés comme de simples pièces artisanales, produites de façon purement mécanique. Cette exposition constitue ainsi l'occasion d'aller à l'encontre d'un tel préjugé. Les sculptures qui nous sont présentées sont de véritables œuvres artistiques, fruit d'une production individuelle et marquée par une singularité esthétique incontestable.


Les sculptures présentées sont pour la plupart des masques ou des statues anthropomorphes sur lesquelles on peut trouver des tissages ou encore des perles. L'exposition a à cœur de nous présenter toute la richesse de cet art et la profonde inventivité dont font preuve les artistes ivoiriens comme en témoigne cette multiplicité de formes produisant alors un contraste saisissant : des formes douces côtoient des formes pointues, des corps lisses se mêlent à des corps marqués par des détails précis ! La visite ne se résume pas, assurément, à un simple aperçu de ces différentes pièces. Des documentaires sont projetés pour prendre conscience de l'importance des masques lors des différents rites religieux et saisir toute la minutie technique qu'exige la production de ces sculptures,  le tout rythmé par un fond sonore de cris et de rires !


L'exposition tente par ailleurs de mettre en lien cette production artistique avec les spécificités des différentes régions du pays par le biais notamment, au tout début du parcours, de nombreux repères renseignant le visiteur sur le contexte religieux et social qui a vu naître de telles sculptures.


La Côte-d'Ivoire est un pays on ne peut plus hétérogène, regroupant en son sein des cultures fort différentes les unes des autres. Pour conserver cette spécificité géographique, l'exposition présente ainsi les différentes créations selon une classification régionale : les Gouro et les Baoulé au centre du pays, les Dan à l'ouest, les Sénoufo au nord, les Lobi au nord-est et les peuples lagunaires au sud-est. Le Quai Branly consacre par ailleurs une place importante aux artistes Dan avec une attention toute particulière à 8 maîtres sculpteurs issus des villages de Belewale et Nyor Diape.


Cette exposition s'achève sur une présentation des productions contemporaines, et notamment celles des artistes africains « transnationaux ». On saisit alors l'inventivité de cette nouvelle génération qui déploie une véritable créativité tout en restant soucieuse, cependant, de rester l'héritière des artistes du passé. On s'aperçoit ainsi de la continuité esthétique qui relie la période coloniale et le présent.


Commissariat de l'exposition : Lorenz Homberger (Ancien conservateur de l'art africain et océanien au Rietberg Museum de Zürich) et Eberhard Fischer (Ethnologue et ancien directeur du Musée Rietberg).


Pratique :

Lieu : Musée du quai Branly – 37, Quai Branly – 75007 Paris.
Tél. : 01.56.61.70.00.
Métro : Ligne 9 stations Alma-Marceau et Iéna – Ligne 8 station École Militaire – Ligne 6 station Bir-Hakeim.
RER : Ligne C stations Pont de l'Alma – Champ de Mars Tour Eiffel.
Bus : Lignes 42, 92, 80, 63, 82, 72, 69.
Parkings : Quai Branly 25, Quai Branly – George V  10, Avenue George V – Joffre Ecole Militaire 2, Place Joffre.
Horaires : mardi et mercredi de 11h à 19h – du jeudi au samedi de 11h à 21h.
Tarifs : 7€ plein / 5€ réduit.

Écrire commentaire

Commentaires : 0