Les écritures de Roland Barthes

Jusqu'au 28 juillet 2015


Roland Barthes aurait eu 100 ans en 2015. A cette occasion, la Bibliothèque nationale de France consacre au célèbre théoricien de la littérature une exposition en forme de rétrospective pour découvrir, au travers de nombreuses archives, un itinéraire intellectuel et artistique qui aura incontestablement marqué la seconde moitié du 20e siècle.

Par Alexis Pierçon-Gnezda

L’œuvre de Roland Barthes demeure encore aujourd'hui lue et commentée à travers le monde entier, un outil théorique quasiment indispensable pour quiconque souhaite réfléchir sur la notion même de littérature. Mais dotée d'une force de subversion indéniable qui lui valut de nombreuses critiques. « Hérétique » au sein du monde intellectuel de l'après-guerre, beaucoup, à l'instar de Raymond Picard, lui reprocheront d'avoir complètement dénaturé la théorie littéraire et un manque flagrant de légitimité. C'est peut-être cela la « marque de fabrique » de Barthes. Soucieux d'utiliser toutes les ressources à sa disposition, il n'hésitera pas à introduire la psychanalyse ou les méthodes d'inspiration structurale dans ses travaux. De quoi décontenancer alors les tenants de la vieille Sorbonne ! Il s'en expliquera d'ailleurs longuement dans son ouvrage Critique et Vérité en 1956, une réponse à toutes ces accusations.

 

Marginal, Barthes le fut aussi pour ne jamais s'être cantonné à la littérature et avoir abordé ainsi un nombre important d'objets d'investigation. En 1977, paraissent les désormais célèbres Fragments d'un discours amoureux. Dans un monde occidental marqué par la révolution sexuelle et où le sentiment amoureux semble pour beaucoup désuet, Barthes veut donner à entendre le discours intérieur de l'amoureux, ses doutes et ses joies – en combinant sa propre expérience personnelle à des exemples tirés de la littérature ou de la musique. Avec notamment Susan Sontag, le sémiologue aura été l'un des rares théoriciens de la photographie. Plongé dans le deuil après la disparition de sa mère, il publie en 1980 La chambre claire, son dernier ouvrage. Il s'interroge sur la capacité que peut avoir une photographie de rendre présent l'être absent dans une perspective presque spectrale.

 

Attentif aux choses quotidiennes les plus insignifiantes, Barthes n'aura eu de cesse de passer à la loupe son époque en développant la sémiologie comme véritable science. Dans les Mythologies, en 1956, Barthes entreprendra de débusquer les mythes de notre époque, des signes qui charrient de l'idéologie, comme « Le Bifteck et les frites ».

 

De multiples « écritures » donc que nous propose de découvrir la BNF à travers notamment de longs panneaux aptes à rendre visible ce « spectacle de l'écriture ». A noter que la Galerie des donateurs est exclusivement consacrée aux Fragments d'un discours amoureux en en présentant les manuscrits et textes préparatoires.


Pratique :


Lieu : Bibliothèque nationale de France – Site François-Mitterrand – Quai François-Mauriac – 75706 Paris Cedex 13.
Téléphone : 01.53.79.59.59
Métro : Ligne 6 arrêt Quai de la gare – Ligne 14 arrêt Bibliothèque François-Mitterrand
RER : Ligne C arrêt François-Mitterrand.
Bus : Lignes 89,62, 64, 132, 325.
Parking : rue Émile Durkheim et rue Abel Gance.
Horaires : du mardi au samedi de 10h à 19h et le dimanche de 13h à 19h.
Entrée libre.


+ d'infos

Écrire commentaire

Commentaires : 0