1971, Yves Saint Laurent : Un scandale dans la mode

jusqu'au 19 juillet 2015


Le 29 janvier 1971, Yves Saint Laurent présente sa collection de haute-couture printemps-été « Quarantaine » ou « Libération » qui, par ses parti-pris esthétiques, produit un véritable scandale dans le monde de la mode. D’aucuns annoncent la mort du créateur. L’exposition « Yves Saint Laurent 1971 : la collection du scandale » à la Fondation Pierre Bergé Yves Saint Laurent nous faire revivre cet événement.

Par Alexis Pierçon-Gnezda

Saint Laurent vient d’enterrer quelques jours auparavant Coco Chanel. On voit en lui, assurément, son digne successeur, un garant de l’élégance académique française. Qu’à cela ne tienne. Les épaules au carré, les semelles compensées, les robes au genou déconcertent les quelques 180 clientes et journalistes présents ce jour-là rue Spontini. La presse ne tarde à relayer ce qui va devenir un véritable scandale. La journaliste Eugenia Sheppard, pourtant une grande admiratrice du couturier, n’hésitera pas à écrire dans l’Herald Tribune : « Saint-Laurent, vraiment hideux ».

 

Yves Saint Laurent, pour cette collection, s’est largement inspiré du Paris de l’Occupation. La Seconde Guerre mondiale reste un souvenir vivace dans la mémoire collective, les plaies dues aux divisions des Français pendant le conflit ne sont pas totalement pansées. Pour beaucoup, il s’agit là d’un véritable affront de la part du couturier envers celles et ceux qui ont vécu ces années éprouvantes, marquées par la peur et les multiples restrictions imposées par l’occupant. Une atteinte à la mémoire et au bon goût, en somme.

 

Mais Saint Laurent n’entend pas les choses ainsi. Il y va d’une véritable évolution dans son parcours : s’émanciper des normes de l’élégance aristocratique française et sortir la mode de son enclave bourgeoise. Les ventes s’en feront ressentir. Face aux tenues avant-gardistes de Cardin et Courrèges, Yves Saint Laurent souhaite se démarquer et introduit le « vintage » dans la mode quand les adolescents vont dénicher dans les Puces des tenues des années 30 et 40. Le rétro est désormais né, triomphant encore aujourd’hui. L’époque d’ailleurs le veut, nous sommes en pleine contestation de l’ordre établi. Le couturier suit de près ces changements sociétaux tout en s’en imprégnant.

 

L’exposition nous permet de redécouvrir les 93 tenues de la collection printemps-été 1971 qui firent véritablement scandale avec, en outre, de nombreux croquis et dessins.

 

Pratique :


Fondation Yves Saint Laurent Pierre Bergé – Parc d’exposition et boutique – 3, rue Léonce Reynaud – 75116 Paris


Tél.: 01 44 31 64 00

Métro : Ligne 9, Station Alma Marceau

Bus : Lignes 42, 63, 80, 92, 72

Parking : Avenue George V

Tarifs entrées : Plein 7€ / Réduit 5€

Horaires : tous les jours sauf le lundi de 11h à 18h (dernière entrée à 17h30)


Jusqu’au 19 juillet


+ d'infos / Réservations

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0